Gardiens des Cités Perdues

Gardiens des Cités Perdues – tome 5

Gardiens des Cités Perdues - tome 5

Commentaire Livre Addict : «  »Mwé », me suis-je dit. De bonnes idées, trop trop trop de longueurs et d’inutiles, mais une fin vraiment pas mal du tout. En fait, la fin rattrape tout. Il y a tout de même des passages sympa dans le livre, malgré d’énormes creux illogiques et mal écrits, des dialogues à rallonge complètement foireux, et un suspens auquel on ne croit pas un instant. Encore une fois, on devine tout. Zéro surprise. »

  Jusqu’à la dernière page, j’ai hésité à faire une critique. Vraiment. Le quatrième volet de cette série m’a vraiment déprimée… Ne croyez pas que je prend plaisir à descendre en flèche un livre, parce que ça m’a sincèrement démoralisé… Mais puisque je me suis lancée dans cette saga et que j’ai préféré ce tome au précédent (même s’il n’est pas excellent non plus, loin de là), alors me voilà… Je vais tenter de rester le plus évasive, globale et concise possible.

   Il y a tout de même de la bonne volonté dans ces ouvrages. Je commençais à en douter sérieusement lors de la lecture du 4, car à chaque fin de livre je revoyais mes exigences à la baisse. Avant d’attaquer celui-ci, je voulais juste ne pas hurler de rage à chaque chapitre… Et malgré quelques moments où j’ai lourdement soupiré de frustration, je dois admettre les pages se sont bien mieux tournées pour moi. Cela aurait été un tel soulagement si, encore une fois, l’inutile était effacé pour joindre le tome 4 et le tome 5 !!!

(Attention ! Le risque de spoilers est très grand !)


   Le début m’a, encore une fois, fait très peur. En quelques pages à peine, l’héroïne attend encore des « papiers mystère » et des énigmes alors qu’elle connait tous les membres de l’organisation, leur(s) identité(s) inclue(s)… Ce qui n’a aucun sens, évidemment. Puis l’auteur, à travers elle, tente encore de nous faire douter de la bonne volonté de Keefe avant de revenir en arrière la seconde suivante, presque comme une excuse… Chose qui, soit dit en passant, arrive tout le long du livre… Tous les gentils en deviennent profondément exaspérants, et on a juste envie de donner le soutien qui manque au garçon. Dans ce début, nous avons également le super plan « machiavélique » des méchants qui… ne sert à rien. Une explosion à Foxfire ? Il faut bien qu’on fasse venir le petit Keefe dès le début de l’ouvrage pour rassurer les lecteurs, voyons… En quoi cela aide les méchants dans leur stratégie ultra développée ? Aucune idée… Et ça ne semble intéresser personne…

   Et il s’agit du tout premier acte du livre. Il y a de quoi paniquer… Arrive enfin l’intrigue du symbole mystérieux ! Ça aurait pu être vraiment sympa si on en avait aperçu un bout dans les ouvrages précédents. Surtout, on l’apprendra un peu plus tard dans le livre, qu’ils sont passés juste à côté à de nombreuses reprises sans jamais rien voir (explications foireuses, le retour). Mais bon passons… Cette conspiration m’a quand même plu, car j’avais l’impression de lire un sympathique petit policier jeunesse. Les manœuvres, questionnements, et autres enquêtes des gentils gamins m’ont fait plaisir à lire. J’ai toujours bien aimé les codes à déchiffrer, les symboles perdus et autres énigmes à résoudre. Même si, lorsqu’on voit apparaître la suite binaire de 1 et de 0, on a immédiatement saisi le système… Même s’ils sont trop fiers d’avoir trouvé une réponse qui ne résout pas du tout la question (« ouais ! Cette ligne correspond à ce symbole ! » / « oh, t’es trop fort ! » / hey, les gamins, ça correspond à quoi ? A quoi ça sert ?… Aucune idée, ils sont contents et pensent de suite à reconstruire la machine…….). D’ailleurs, ce système de cartographier les planques, suis-je la seule à trouver l’idée complètement stupide de la part des méchants ? « Regardez ! On va créer des planques secrètes avec des symboles qui les relient toutes entre elles, et des runes donnant leur nom pour que ce soit plus clair ! Comme ça, les ennemis pourront savoir combien il y en a, comment elles s’appellent, et pourra sauter de l’une à l’autre après en avoir trouvé une. Ingénieux, non ?« … L’histoire des pierres stellaires semble importante, et peut-être ne peut-on pas voyager de l’une à l’autre sans, mais ils ont un Ténébreux puissant dans leur équipe (et c’est un moyen non seulement de découvrir le symbole même si on enlève la source de lumière, mais également de pouvoir sauter d’un endroit à un autre sans rien d’autre que le symbole)… Du coup, ce fameux « Ombre » n’aurait pas pu leur dire que c’était un peu dangereux quand même ? Pourquoi ne pas juste utiliser ces fameuses pierres stellaires ultra rares qui mémorisent le dernier endroit visiter sans avoir besoin d’un quelconque motif ?… Personnellement, j’ai trouvé les méchants terriblement crétins… Il faudrait que le tome 6 nous donne une explication la moins foireuse possible (même si à la bourre, comme toujours) afin de rendre ce procédé un peu plus crédible… Enfin, j’ai quand même bien aimé ces petites enquêtes à la club des cinq.

   Il y a un autre principe que j’ai vraiment beaucoup aimé, j’en raffole même dans les histoires : l’utilisation de vieux personnages à peine mentionnés dès le premier tome, et qui à présent ont leur propre rôle. Ca, c’est une technique scénaristique souvent employée mais qui ne perd jamais de sa force, au contraire. On pensait qu’il s’agissait de figurant pour décorer un peu l’histoire ? On les oubli au milieu de tout un tas d’inconnus ? Et bien, TADAM ! Plusieurs livres plus tard, ils reviennent à la charge ! On s’y attend un petit peu, vu les histoires qu’on nous racontait à leur sujet, mais le manque de surprise n’enlève pas le plaisir. Certes, cela ôte un peu de saveur… Quand bien même ! Au milieu de tant de déceptions, je ne peux qu’apprécier ! On voit un peu de relief surgir dans cette histoire trop plate. Cela arrive tout doucement et ne prend pas beaucoup de place dans le récit, et pourtant ravive toutes mes espérances.


   Si seulement les personnages pouvaient se montrer à la hauteur… Mais encore une fois, seul Keefe a un tant soit peu d’intérêt… Nous avons toujours ces familles soient trop parfaites soient horribles (et toutes ne sont pas du tout réalistes, ou trop peu poussées pour qu’elles le soient…). Des réactions pas du tout crédibles… Vas-y que je te révèle mon identité secrète et s’ensuit un dialogue de 10 pages où je te parle de ma vie de famille, mes motivations, et puis je veux me faire pardonner, mais c’est dur, mais finalement tout le monde s’aime CRO FORT alors on passe l’éponge et on se fait des bisous et des câlins… DIX PAGES !… Et c’est un exemple parmi tant d’autres. Il faut parfois 20 pages de blabla sur tout et n’importe quoi pour avancer. Bon, ils parlent parfois « utilement », mais parfois non… et tout cela mélangé dans la même scène, le même décor… la parfaite illustration du mot « chiant ». Il n’y avait pas d’autres moyens pour aborder ces sujets ? Et puis vas-y que je pars à l’aventure et où ceux qui n’ont pas pu venir font la gueule, et puis quand il en arrive une autre on se demande si les absents vont leur en vouloir, et puis on appelle les autres pour pas les vexer, etc. Depuis deux tomes c’est ainsi… Insupportable ! C’est le seul moyen pour faire agir tout le monde ensemble ? Il n’y avait pas d’autre technique plus fluide ? Genre partager les événements entre les personnages ? Ou bien arrêter une bonne fois pour toute de les faire râler, de les rendre quémandeurs d’action parce qu’ils ne peuvent plus vivre sans l’intrépide Sophie et ne peuvent exister qu’à travers elle, pour faire un roulement d’acteurs efficaces ? Ce n’est qu’un exemple… Et maintenant que M. Forkle n’est plus vraiment un secret, il devient un nouvel adulte paumé qui ne sait pas quoi faire ? Comme si on en avait besoin d’un de plus ? Qui prend de mauvaise décision et serait perdu sans la parfaite Sophie pour lui montrer la voie ? A présent, il semble d’ailleurs porter à lui tout seul le rôle de l’adulte qui laisse faire les enfants à leur guise… L’exemple parfait du personnage avec un gros potentiel qui finit par devenir plat et sans intérêt… Et je ne parle même pas des protagonistes principaux qui se cantonnent à leur rôle d’assistants depuis un bon moment… Biana semble un peu moins gourde qu’avant et se désintéresse de son très cher Keefe depuis qu’il les a « trahi » (…) pour lui préférer Dex… Grand bien lui fasse.

   Parlons-en justement… L’énorme problème de cette histoire, c’est qu’on finit par plus s’intéresser aux couples possibles que par l’intrigue. Mais avec qui va donc finir la parfaite Sophie ?! Et qui pourrait devenir le bouche-trou de l’autre garçon ? Puisque Dex est finalement hors jeu et que quelques scènes avec Biana montrent qu’ils vont vite se trouver, ne restent plus que Fitz et Keefe en lice. Et même si mon pronostic de départ ne me semble plus aussi sûr, je m’en fou. Parce que ça m’énerve. Le beau gosse au sourire de star, Fitz, est tellement plat et sans intérêt, un lien tellement fort se tisse avec Keefe… et on est tellement dans le flou quant à l’objectif des méchants et le but des gentils… Mais POURQUOI ?! Quand va-t-on enfin nous donner le véritable but de cette histoire ?! A la fin du CINQUIÈME LIVRE, on nous parle plus clairement des humains qui emmerdent tout le monde… Pour finalement reléguer ce simple fait en arrière plan derrière la stratégie si machiavélique des méchants… « Mon dieu, ils détruisent le château ! C’était donc ça leur but ! Le plan du grand méchant ! Sa « vision »…« … NON ! Mais… bien sûr que NON ! C’est un MOYEN, pas un BUT ! Et tout le monde se plait à dire que les humains sont effectivement un problème. Depuis des MILLIONS d’années, vous allez pas me dire qu’ils n’ont pas eu le temps de penser à une solution ! Alors que comptent-ils faire ? Les conseillers ET l’organisation rebelle ?! Quel objectif servent-ils exactement ? Et bien on n’en a aucune idée et tout le monde semble toujours autant s’en balancer le coquillard… On préfère établir des pronostic sur le futur époux de Sophie et arrêter les meurtres sans savoir ce que cherchent à faire les méchants… Lorsqu’il y a attentat, la première question qu’on se pose n’est-elle pas « Pourquoi » ? Et bien pas pour les elfes, on dirait…


   Cette auteur veut trop nous en dire sans aborder l’essentiel. Elle devine les pensées des lecteurs et s’empresse de les contredire dans le souci de rendre ses personnages intelligents, de leur faire penser à tout. Cela aurait pu être sympa si le primordial n’était pas oublié. On nous parle des super méchants vachement intelligents qui font des cartes de leurs planques visibles par tous quand l’une d’entre elles est compromise, rendant toutes les autres obsolètes… Des Conseillers qui veulent tout prévoir pour assurer la sécurité, y compris l’erreur du tome 3 avec le feu dans la tour (le Grand Brasier n’est-il pas censé tout brûler ?…), mais en oublie la technique qu’ils ont apprise deux semaines plus tôt et ont voulu enseigner à toute la population… On nous parle plutôt des « nuances de gris », comme si on voulait cacher que les personnages n’en ont aucune… Et on met en scène un relooking ou une chasse aux trésors pour fouiller une chambre qui ne révèle finalement pas grand chose, pendant presque dix pages. Moment plutôt drôle s’il ne s’était pas éternisé pendant si longtemps. Comme on dit, les blagues les plus courtes sont les meilleures, là on est dans la surenchère… J’ai quand même trouvé sympa la carte « où cacher le gulon« . Ça m’a bien fait rire (trois lignes). (Soit dit en passant, les gnomes annoncent la pluie p.136, mais ce sont les nains à la p.139 (…) : preuve d’une très mauvaise relecture peu assidue…).

   Et si seulement tous les exemples donnés étaient les seuls… Mais non, il y en a partout. J’ai toujours ce « dommage » à la bouche, même si l’enquête m’a plu, même si le retour de certains personnages m’ont ravis, et même si la fin m’a enchantée. Car oui, la fin de ce livre est vraiment très sympathique. Non seulement nous avons notre premier événement tragique réel et pas d’un presque inconnu (pas trop tôt, après l’incendie d’une ville entière et un tsunami…), mais en plus il y a un petit retour en arrière qui n’est pas pour me déplaire. Et ça, c’est vraiment cool ! Je préfère oublier l’inutilité scandaleuse de l’espionnage de Keefe, soutenu par personne, et qui refuse de réintégrer les gentils pour finalement revenir comme une fleur sans que ce temps supplémentaire n’ai servi à RIEN (sérieusement ?!!! Messenger, si tu veux instaurer du dramatique, il faut s’y tenir et faire que ça serve à quelque chose ! Et ne dites pas que ça lui a permis de retrouver les « caches » : l’histoire ne nous a jamais dit QUAND il les a prise !… C’est pas deux jours qui vont changer la donne !)…


   Il y aurait tellement à dire, et j’ai arrêté de prendre des notes après avoir été tant dégoûtée par la critique du tome 4… J’attend la suite. Oui, je vais la lire. Non pas parce que j’aime rager, mais parce que j’ai toujours de l’espoir. Peut-être que j’aime souffrir ? Qui sait… La réapparition d’un autre personnage oublié titille ma curiosité. Je pense malgré tout qu’un bon petit break de cette saga, le temps que le tome 6 paraisse en France, va me faire un bien fou ! Peut-être vais-je finir par pardonner cet amateurisme flagrant, ce manque d’assiduité honteux, cette déconstruction frustrante, ou cette absence pénible de progression d’écriture… Peut-être que Sophie va finir célibataire, ou mourir, pour mon plus grand plaisir. (A moins que ce ne soit Fitz ou Keefe, pour laisser le champ libre à l’autre sans qu’il n’y ait d’état d’âme… Et là, le monde entier va m’entendre crier de rage). Peut-être que les Invisibles vont tous être éliminés sans qu’on ne comprenne jamais pourquoi ils ont fait tout ça ?……………………………………. (mon cri sera d’autant plus puissant). Ou peut-être vais-je enfin être surprise par une prose magique, un retournement de situation dantesque, et des personnages enfin crédibles ? L’avenir nous le dira. En tout cas, ce tome m’a redonné la foi. Pas terrible, mais après un prédécesseur si mauvais (le mot est lâché) il y a de quoi l’apprécier par contraste. Pour moi, en tout cas.

   Et vous ? Qu’en avez-vous pensé ?

cropped-marque-copie.png

Publicités

2 réflexions au sujet de “Gardiens des Cités Perdues – tome 5”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s